Contexte

L’outsourcing du service de garde étendue aux casernes ERM/Melsbroek/Rocourt/ Poelkapelle

Après l’outsourcing réussi de la garde du quartier ‘’Cdt de Hemptinne’’ à Heverlee au début de cette année, le Conseil des ministres a approuvé aujourd'hui la proposition d'externaliser la garde de 4 quartiers supplémentaires.

Un marché public accessible aux petites entreprises

Le nouveau marché public comprend la garde des quartiers Groenveld à Melsbroek, le Campus Renaissance à Bruxelles, Steenstraat à Poelkapelle et Major IFM Dufour à Rocourt.

Le marché public consiste à assurer en permanence la garde en remplaçant le personnel et les moyens techniques (caméras, systèmes de détection et système de contrôle d'accès).

Le contrat a une durée de 4 ans et peut être prolongé de 1 an. Il est également divisé en 4 lots ou 1 lot par quartier. Ainsi, des petites entreprises pour qui la surveillance de 4 quartiers n'est pas réalisable peuvent également participer au marché public.

Évaluation du projet pilote à Heverlee
Le marché public pour l'externalisation de la garde dans les nouveaux quartiers tient compte de l'évaluation du projet pilote réalisé à Heverlee. A partir de ce projet pilote, la Défense a appris que le temps de préparation de l'entreprise doit également être plus haut. Dans le nouveau marché public, une préparation est prévue de 120 jours par rapport à 90 jours dans la mission pour Heverlee. Concernant le coût, l'évaluation montre que ce dernier est maintenant inférieur de 20% à ce qu'il était auparavant.

Mise en œuvre de la vision stratégique
L'externalisation de la garde des quartiers militaires fait partie de la vision stratégique du ministre. Steven Vandeput, ministre de la Défense : « L'armée évolue vers une armée plus petite, mieux équipée et qui peut être davantage déployée en opérations. Pour être en mesure de faire cette transition et de pouvoir accueillir le nombre décroissant de membres du personnel, l'armée doit se concentrer sur ses tâches principales. Pour toutes les tâches de soutien qui ne sont pas spécifiquement militaires, les services seront, autant que possible, assurés par des partenaires privés et/ou gouvernementaux. "

A propos du sourcing au sein de la Défense
Dans une politique de sourcing, la question se pose de manière structurelle si, pour l'assurance/l’acquisition d’un certain nombre de services/d’équipement/d’infrastructures, il est préférable de faire par soi-même ou de faire sous-traiter par des partenaires civils ou gouvernementaux. Cette réflexion sur le sourcing n'est pas neuve pour la Défense. Une approche de sourcing est déjà appliquée pour divers éléments au sein de la Défense.  Aussi bien pour les services facilitaires (la maintenance d'installations techniques, le nettoyage, l’entretien de jardins), la "flotte blanche" (Airbus A321), le transport commercial (taxis à Bruxelles, leasing de véhicules utilitaires), développement de logiciels, le matériel informatique, les soins primaires ainsi que pour l'entretien (navires, avions et véhicules utilitaires), des marchés publics sont déjà régulièrement utilisés. La Défense poursuivra cette politique d'une manière plus structurée et pour chaque service/matériel/infrastructure nouvelle et existante, il sera vérifié si la collaboration ou l'externalisation via un partenaire civil ou gouvernemental est appropriée pour des raisons d'efficacité.

Citation du ministre de la Défense Steven Vandeput

"Laisser assurer la garde par un partenaire privé signifie que plus de militaires sont disponibles pour les opérations, tandis que les coûts pour la garde diminuent. Nous luttons pour une armée qui utilise ses ressources aussi efficacement que possible. "